les deux bouts du tunnel…

Posté par ahmedaddoukkali le 4 mars 2009

tunnelgaza1.jpg

avant quand j’utilisais l’expression « il me tarde de voir le bout du tunnel », je ne prêtais pas beaucoup d’attention à ce que cela veut dire, sauf le fait qu’on est dans une mauvaise passe, et qu’on cherche désespérement à en sortir…

Mais quand il m’a été donné de regarder à la télé un documentaire sur la Résistance à GHAZZA, et le rôle VITAL dans tout le sens du terme, que jouent les tunnels, aussi bien pour les Résistants que pour les populations martyrisées et meurtries qui y résident, cette expression  prend soudainement une toute autre dimension.

 Ce n’est pas une expression en l’air…mais un long cheminement sous terre…

Ce n’est pas du virtuel , c’est du RÉEL…

ce n’est pas des travaux pratiques…c’est de la mise en pratique sur le terrain à vos risques  et périls…

bref ce n’est nullement de la rigolade…c’est le risque de dégringolade…

En effet, il s’agit ici, non seulement de chercher à sortir effectivement du tunnel ou au moins en voir le bout, mais avant tout de pouvoir y entrer par le bout…et c’est une vraie galère déjà à ce niveau là.

Il faudra user de mille astuces , de mille précautions, de mille détours de mille peurs… pour pouvoir vous introduire dans un tunnel.

Vous devrez déjouer les difficultés du terrain, la surveillance des drones, le survol des avions de reconnaissance, et bien sûr la traîtrise des informateurs volontaires ou forcés…

Une fois , à l’intérieur, c’est comme un anesthésiste qui vous dit sur la table des opérations  »je peux vous endormir, mais quant à vous réveiller , je ne peux vous le garantir… »vous avez pu entrer mais votre sortie n’est nullement garantie…

Vous rentrez donc dans le tunnel, et un lourd silence s’installe, interrompu seulement par le bruit des pas et d’une respiration fortement amplifiée , bruyante et saccadée.

Les pas se précipitent de plus ,en plus rapidement et la respiration devient ahanement heinhhh !!!…heinhh!!! …heinhhh!!!…on est pas des enterrés vivants, mais plutôt des vivants enterrés… toutefois , on se sent pousser des ailes, et l’on court plus que l’on marche…

où est donc le bout du tunnel ???

question lancinante…

 pas encore en vue , aucun trait de lumière du jour ne pointe à l’horizon , si tant l’on peut parler d’horizon…d’ailleurs il n’ y a plus de différence entre le jour et la nuit…

la longueur du tunnel peut dépasser plusieurs kilomètres, mais chaque mètre parcouru relève de l’exploit…et ça dure et ça dure…et ça dure…

où est donc le bout du tunnel ???

pas encore en vue…

on ne respire plus on halète…on s’essouffle…manque d’air…mais l’on inspire et on expire juste le minimum d’air…on transpire…à cause de la peur ou à cause de la marche…on ne sait…

pas question de s’arrêter pour se reposer…

où est donc le bout du tunnel ???

chaque minute ou plutôt chaque seconde compte…

 il faut y aller et encore y aller…

où est donc le bout du tunnel ???

pas question non plus de se retourner…car maintenant il n’y a plus qu’un seul bout de tunnel, il y en a deux selon que l’on veuille continuer ou revenir sur ses pas…il vaut donc mieux continuer…bout de tunnel pour bout de tunnel autant persévérer dans le bon sens et derrière le guide qui brûle les mètres comme l’on brûle le bois, et tant qu’il reste imperturbable, c’est bon signe…

on continue, et comme s’il s’agit d’un second souffle , le coeur bat moins la chamade…la respiration se stabilise…..

continuons…

où est donc le bout du tunnel ???

et soudain un éclat de lumière inonde le tunnel  de loin…on s’étouffe de joie et l’on presse encore plus le pas tant qu’on peut…

Et une fois sortis du tunnel tout le monde crie :

GHAAAAAZZZZZAAAAA!!!…

une véritable EXPLOSION !!!…mais de JOIE…

respirer l’air pur de GHAZZA…

 voir le Peuple Glorieux de GHAZZA…

toucher les ENFANTS martyrs de GHAZZA…

parler aux FEMMES qui respirent GHAZZA…

serrer la main aux HOMMES qui défendent GHAZZA…

et la TERRRRRRRE de GHAZZA !!!

TERRE sacrée qu’on a tenté de massacrer…en VAIN

l’embrasser…s’y prosterner… s’y rouler..y gambader défiant toute forme de danger :

au diable les drones !!!

au diable les avions de reconnaissance et même les bombardiers phosphorisants !!!

au diable les informateurs nauséabonds et les informés nauséeux…

voir GHAZZZA et MOURIR !!!

voir GHAZZA  se Nourrir !!!

voir GHAZZA qui respire !!!

voir GHAZZA pour se souvenir !!!

Parvenir à GHAZZA par UN TUNNEL , et en ressortir par un autre TUNNEL, rares celles ou ceux qui peuvent vivre une émotion aussi intense…

le tunnel est devenu la voie princière, la voie royale pour arriver à GHAZZA…

plus aucun sentiment fort, si l’on s’y rend par une autre voie…

Le tunnel est érigé au rang de RÉSISTANT !!!

et le plus émouvant c’est que quitter GHAZZA, c’est mourir un peu ou plutôt mourir beaucoup et justement on sentait que tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce reportage ne l’ont quitté qu’à regret , ce qui leur a permis à leur retour de ne plus penser à l’autre bout du tunnel, celui  de la sortie…

eh!bien! nous les remercions de tout coeur de nous avoir fait vivre de telles émotions , bien qu’assis confortablement devant l’écran de la télé,

 je m’incline personnellement bien bas devant le courage de tous les membres qui constituent l’équipe  de ce reportage, courage qui frise l’inconscience, ou même la folie…

Mais GHAZZA  ne mérite-elle pas que l’on « commette » pour ses beaux yeux toutes les folies…???

lautiste

Laisser un commentaire

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog