cassez-vouuuus…!!!…

Posté par ahmedaddoukkali le 14 avril 2009

 

 cassez-vouuuus...!!!... dans Economie photo-chien-tousaint-transport

crise des transports déroutés au Maroc…

crise des sports « défootés » au Maroc…

+=chez nous , au Maroc , on paie rarement les pots cassés.

Disons même qu’on ne les paie pas du tout.

 Vous pouvez, surtout si vous êtes invités chez une famille marocaine, casser autant de verres et de verreries , autant de vitres et de vitreries , autant de porcelaines et de porcelaineries: verres, assiettes, bols, soupières ou tout autre ustensile de ce genre…

bref, jouez à l’éléphant dans un magasin de porcelaine est notre sport national…

si les invités tentaient ou insistaient pour rembourser les pots qu’ils ont cassés, on leur dit péremptoirement et sans possibilité de réplique,  que  c’est « 7chouma 3andna, 7na ma kane gharmouch azzaj o lamma3enne »…c’est-à-dire tout simplement que c’est une honte, chez nous, dans nos traditions, de faire rembourser les pots cassés.

Mais malheureusement, cette mansuétude qui frise l’inconscience et parfois l’imbécilité, s’étend à des choses beaucoup plus sérieuses.

C’est ainsi que même dans les domaines les plus sensibles, cette règle orale est « scrupuleusement » pratiquée dans les faits.

On pourrait ainsi affirmer sans grand risque de se tromper que, rarement, pour ne pas dire jamais, nos ministres , n’ont eu à payer les pots cassés et fracassés, par la politique qu’ils ont ménée ou qu’ils mènent, que cette politique soit issue de leur propre initiative ou héritée .

Nos ministres , et nos rersponsables en général, ont donc bien du « pot », ils peuvent casser tous les pots qui se trouveraient sur leur route, sans qu’ils en paient les impôts…

Pour ne pas aller trop loin dans le temps, donnons l’exemple des sports et celui des transports, non pas parce que ça rime , mais surtout parce que  ça nous déprime.

—en sports, inutile de rappeler les fiascos tous azimuts, sur tous les plans, qu’on vient de nous faire subir et supporter…

toutefois,  si le président de la FRMF, a été finalement contraint de prévoir de rendre son tablier, notre ministresse est loin d’envisager de rendre le sien , et pourtant cela aurait dénoté d’un sens de responsabilité courageux, de sa part si elle le faisait, surtout venant d’une femme…

bien au contraire, elle ne trouve rien de mieux que d’enfoncer encore plus le clou en soutenant sans l’ombre d’un sourcillement, que ce soit devant le Parlement ou face aux médias nationaux, car les médias internationaux , elle se les réserve pour d’autres desseins, que c’est normal en sports de se faire battre dans toute compétition…hummm…

première nouvelle…!!!

mais madame la ministresse, à force d’être battus et rebattus,  et par tout le monde par dessus le marché, nous avons fini par nous prendre pour des peaux de moutons dont on secoue la poussière ou même la gale, ou des tambourins sans cuir et sans fond ou carrément des serpillères dont on ne sert que pour s’essuyer les godasses…

à propos de godasses on devrait suivre l’exemple de Mountadar ALZAÏDI et jeter les nôtres tant sur les joueurs que sur les responsables…

et à force de nous rabattre les oreilles, que dans les sports , il faut s’attendre au pire, et à se faire battre et battre et battre, nous avans l’impression de devenir une omelette du plus mauvais goût.

et madame la ministresse , « wala hia hina », elle n’est pas là, dans le sens propre ,que dans le figuré.

Je vais oser poser une question à Mme la Ministresse:

si vous n’aviez pas gagné aux jeux olympiques de Los Angelos, une médaille d’or (d’ailleurs restée orpheline), auriez-vous jamais espéré ou même rêvé d’être ministresse ou membre dans une quelconque organisation internationale ???…et pourtant ce n’était que quelques centaines de mettre à sauter et ressauter, profitant de l’absence des athlètes russes féminines spécialistes de la discipline dont le pays avait boycotté ces jeux.

—ceci , pour ce qui concerne les sports, regardons maintenant ce qui se passe avec le ministre des transports.

Voilà quelqu’un qui est rentré en force pour imposer quasiment par la force, et dans un laps de temps record, tout ce que les ministres qui l’ont précédé, n’ont pu réaliser durant tout leur « règne ».

Tout « pontiste » , qu’il est , il est tombé facilement dans le piège que lui ont préparé que ce soit, les indéboulonnables cadres qu’il a trouvés en place, ou ceux et celles dont il s’est lui-même entouré.

C’est simple et efficace, à savoir ,  »refiler » au ministre dès le premier jour, les os les plus durs à rogner ou à cuire, tout en lui glissant dans l’oreille pour le chauffer à blanc et flatter son ego, que ses prédécesseurs , n’ont pas pu les faire aboutir, par « manque d’audace » (d’après ces cadres).

Ils agissent, d’ailleurs avec lui, comme justement ils ont agi avec les prédécesseurs.

Et tous , ne manquent pas de tomber dans le même panneau, en s’acharnant sur les problèmes que leur ont légués de tels prédécesseurs, et sur lesquels ces derniers se sont cassés eux-mêmes les dents.

Le ministre actuel a eu à affronter deux gros problèmes parmi tant d’autres, à savoir l’informatisation de l’enseignement de la conduite des véhicules automobiles et les examens de permis de conduire d’une part, et l’aboutissement du vieux projet relooké et inconsidérement actualisé pour ne pas dire baclé , du code de la route d’autre part.

et s’il a passé l’examen des auto-écoles de justesse puisqu’il a menacé de démissionner si son programme n’est pas retenu,

dans le domaine des transports et de la circulation routière, autrement plus gros, il est en train de se faire casser les côtes et de sécher piteusement son examen,, à cause d’un entêtement à vouloir passer en force dans un secteur qui requiert beaucoup plus de sagesse , d’assagissement, de modération et surtout d’apaisement.

Ceci, en plus de la nécessité d’avoir toujours à l’esprit que ce qui est vrai en Europe, peut s’avérer catastrophique au Maroc.

Certes le but poursuivi, dans un cas comme dans l’autre, est éminemment noble, puisqu’il s’agit de lutter contre la prolifération des accidents de la route dans notre pays,

mais « chattana ma bine  hna o lhih », c’est-à-dire qu’il y a lieu d’éviter de se limiter à transposer ici , ce qui a cours ailleurs et dont l’application aveugle peut s’avérer plus néfaste que positive, d’autant plus que, souvent les nouvelles règles ne sont qu’en phase de test dans les pays qu’on copie et qu’eux-mêmes ont des difficultés  immenses à les faire accepter.

Ainsi quand on se rend compte que l’on tente de tuer une mouche avec un canon, autant éviter la casse, en attendant des jours meilleurs pour des opportunités plus adaptées.

Par ailleurs , une donnée a toujours été négligée, à savoir , la societé civile victime des accidents de route, autrement dit le « consommateur » des décès et des blessures de plus en plus graves et définitivement handicapantes.

Personne ne pense à associer à des discussions traitant d’un sujet aussi vital,  des associations bénévoles de lutte contre les accidents de la route. Elles sont réduites à des rôles , dont le moins qu’on puisse dire, est qu’ils sont absolument négligeables, sinon inexistants.

disons qu’elles sont tout simplement mises hors circuits des palabres entre l’Administration et les professionnels,

et c’est valable aussi bien pour les familles ayant subi les conséquences et les séquelles des accidents de la route, que pour ce qui concerne les personnes qui veulent justement  prémenir notre pays contre ce fléau qui lui donne l’image la plus sombre qui soit…

Par conséquent, aussi bien la ministresse des sports que le ministre des transports ont cassé bien des pots dans le sens aussi bien abstrait que concret et sur les plans aussi bien moral que matériel, et le moins qu’ils puissent faire c’est de présenter leur démission.

Je dis bien  « présenter » leur démission, et non pas démissionner.

On verra alors, s’il y aurait des manifestations ou des tentatives pour les amener à reconsidérer leur décision, dans ce cas , ils auraient sauvé la face, et mériter de se maintenir en poste, sans avoir le sentiment qu’ils ne sont plus en poste que bezzaz, c’est-à-dire envers et contre tous celles et ceux que leurs politiques ont touchés de près ou de loin.

Si les deux ont le courage de faire ce geste, ce sera d’abord une première, bien qu’il eût une démission d’un ministre auparavant, mais malheureusement entourée de beaucoup de flou,

ce sera aussi très démocratique, en plus du fait qu’ils forceront le respect, et qu’ils auront le respect d’eux-mêmes.

Ces deux ministres ont causé beaucoup de dégâts tant sur nos stades que sur nos routes,

ils ont mis le Parlement avec ses deux chambres, déjà objet de critiques acerbes par ailleurs,  dans des situations très délicates qui les rendent encore moins crédibles,

avec la palme pour le ministre des transports qui a « réussi » le tour de force de mettre les deux chambres en porte-à-faux l’une par rapport à l’autre, sans parler du fait que les syndicats n’auront plus le respect dû normalement à un haut responsable (ye3ni darouh fi kerch-hom), puisqu’ils l’ont amené à reculer et ne se contentent même plus d’un report de l’étude du projet du code de la route, au niveau de la deuxième chambre, mais ne visent pas moins que son annulation pure et simple.

Alors devons-nous nous préparer à un scoop, avec l’imminence de démissions retentissantes comme remboursement de pots cassés, surtout qu’il s’agit d’une affaire juste entre nous sans interférences extérieures ou invités étrangers???

personnellement je l’appelle de tous mes voeux, d’autant plus que le plus gain  qu’on en tirerait , c’est la considération et la réputation de notre pays.

Nos deux ministres devraient donc se résigner à se « casser », avant qu’on leur dise CASSEZ-VOUUUUS…!!!!!!

lautiste

Laisser un commentaire

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog