la guerre des ânes et des dos-d’âne…

Posté par ahmedaddoukkali le 29 novembre 2009

vanrompuy.jpg

l’Union Européenne vient de se donner  enfin un président…

en effet le Conseil ( organe des chefs d’État et de gouvernement de l’UE ) a nommé son premier président du Conseil Européen…autrement dit un président « stable », conséquence de l’adoption du Traité de Lisbonne…

il s’agit d’Herman VAN ROMPUY, actuel premier ministre belge, connu pour sa grande discrétion, et par son allergie à avoir affaire à la presse quel que soit son support…autrement dit il aime agir dans l’anonymat, loin de tout tapage médiatique..peut-être , d’ailleurs que c’est justement pour toutes ces raisons qu’il a été « choisi » à ce poste, car ce n’est pas lui qui chercherait à faire de l’ombre à ses pairs, présidents, chanceliers, ou premiers ministres des autres pays de l’Union…

toutefois , mon objet ici, n’est pas de rentrer dans les méandres de la politique communautaire de l’Europe, ni dans les subtilités ou soubassements qui guident les choix des personnalités destinées à diriger ses différentes instances…

mon objectif pour ce billet, est beaucoup plus simple et beaucoup plus modeste…et beaucoup terre à terre , si j’ose dire…

en effet à sa sortie des locaux où s’est tenue la session qui a procédé à sa nomination, il a confirmé et son penchant pour la discrétion et sa phobie pour la publicité…à peine un regard jeté furtivement aux différents médias qui le guettaient avec impatience, à la porte de ces mêmes locaux…

mais tout cela  ne l’a pas empêché, de veiller à emprunter le passage réservé aux piétons pour rejoindre l’autre bord de l’avenue…

lhistoirevertrougel1175x130.jpg

et c’est surtout cet acte qui a attiré le plus mon attention et m’a laissé bien rêveur…sa nomination au sommet de ce grand ensemble de vingt-sept États européens et qui constitue la deuxième puissance mondiale sur le plan économique et même politique, ne lui a aucunement tourné la tête, au point de lui faire oublier le respect des règles minimales de circulation , même en tant que piéton…et il l’a fait, non qu’il s’appliquait laborieusement à le faire…il l’a fait tout naturellement…tout simplement…

je me suis dit alors, plein d’amertume et de jalousie, quel est le jour où , nous aussi, nous nous comporterions aussi civiquement, gouvernants et gouvernés, administrants et administrés, dirigeants et dirigés…???!!!

pour nous , le plus grand plaisir et le plus grand adjuvant pour « affirmer » notre personnalité, c’est malheureusement, enfreindre, non seulement le code de la route, mais même le plus banal du code civique…

c’est pour cette raison, qu’on assiste dans nos cités, au lamentable spectacle de nos villes et nos villages qui se livrent une véritable bataille, une véritable guerre dans la « confection » des passages de piétons ( ex-passages cloutés), de ralentisseurs ( dos-d’âne) et de trottoirs…même pas encore débarrassés des ânes, nous voilà avec sur le dos , des dos-d’âne…

il m’arrive souvent de rendre visite à des parents à Rabat…à chaque fois , je la trouve criblée, un peu plus  de dos-d’âne, plus ou moins hauts et plus ou moins larges et plus ou moins pointus, esthétiques ou carrément horribles…ils annulent et remplacent inexorablement tous les anciens passages de piétons…

allez par exemple voir du côté de la gare ferroviaire d’Agdal: un véritable parcours du combattant pour les automobilistes…aucune pitié pour les armotisseurs, ni d’ailleurs pour la boîte à vitesse…un authentique calvaire…on a presque rassemblé exprès sur ce chemin , toutes sortes de dos-d’âne, de différentes tailles et de différentes pointures…disons que certains sont si pointus que vous avez l’impression qu’ils vous traversent le coeur…et certains si hauts que vous avez l’impression d’être sens dessus-dessous, et le plus exaspérant est qu’ils sont tous peints en noir: un véritable guet-apens, un véritable traquenard,  surtout le soir ou la nuit…

toutefois, ils sont la plupart de temps coloriés en rouge avec des bordures blanches, mais il y en de couleur noire, ou rouge-argile…mais la couleur ne tarde pas à se dégrader et à partir complètement…un autre genre de guet-apens…

mais un jour, que je circulais en voiture avec quelqu’un de la famille, entre Hay Riad et Témara, il s’est amusé à me signaler tous les dos-d’âne qu’on a mis sur place, un jour et qu’on a enlevés le lendemain, pour les remettre quelques jours après…encore plus moches et plus rugueux…on entend les pneus crier au secours…mais la roue de secours est déjà usée…

pire, on gratte la peinture de certains de ces dos-d’âne, pour ne laisser que le noir, puis plusieurs jours après, on leur recolle de la peinture plus ou moins floue…et ainsi de suite, de même qu’on en déplace certains sans aucune raison apparente…

quant à Témara, non seulement on s’amuse à enlever à mettre et à remettre les dos-d’âne, plusieurs fois durant le mandat des élus anciens ou nouveaux, mais en prime, l’on s’attaque même aux trottoirs qu’on rase et qu’on éradique systématiquement, pour ne penser à les remplacer qu’aux calendes grecques et défiant toute logique…

et ce n’est pas la peine de vous signaler qu’il y a bien anguille sous roche dans ces mouvements de dos-d’âne…

et le plus drôle, est qu’aussi bien ces dos-d’âne éparpillés ici et là que les « radars » plantés ici et là ne sont pas prévus par la loi, ni la réglmentation, ni précédés de panneau de signalisation…mais comme l’on sait, nous, on aime tout ce qui est décor et zoua9, « ya lmezzawe9 mane barra , ach khbarek mane ldakhel…

ajoutez à cela , comme me le fait remarquer mon parent, les fossés et les sillons profonds qui strient si profondément la ville, et destinés soi disant aux travaux de canalisations ou de réseaux de télécommunications ou autres, un véritable champ de bataille à l’abandon…de véritables barrages ou de barrières non surveillées…

je retourne prestement à mon village où je suis accoutumé à une autre sorte de dos-d’âne: les nids de poule, qui sont plutôt des repaires de lion ou des mares aux canards…mais à force de m’y confronter chaque jour, je me suis habitué à m’y faufiler pour les éviter même en pleine nuit…

s320x240.jpg

il n’y a que les charretiers et les ânes qui paraissent ne leur prêter aucune attention…

enfin je reviens à Mr Herman Van Rompuy et l’attention qu’il apporte au respect des règles de la circulation routière, et je me rappelle une photo que j’ai vue dans le bureau de quelqu’un qui s’occupait de la prévention des accidents de la route: sur cette photo, on voit feu Hassan II qui se dirige vers les locaux du Parlement, habillé en terbouch rouge et djellaba blanche, et qui traverse à pieds l’Avenue Mohamed V, en respectant le passage des piétons, marqué de bandes blanches et noires…dommage que je n’ai pas pu retrouver cette photo et dommage qu’on ne s’en inspire pas…tout en insistant sur le fait que je ne cite cette photo, que pour le symbole routier qu’elle représente…sans plus…

abbeyroad316.jpg

—————————————————————————-

lautiste

 

Une Réponse à “la guerre des ânes et des dos-d’âne…”

  1. Réda Chraïbi dit :

    Deux choses rapidement :
    1- l’installation des dos d’anes est souvent motivée par des manipulations économiques. On attribue des licences pour en construire juste pour faire circuler les budgets. d’où la necessité de plus de transparence des les finances publiques.

    2- le non respect du code la route, et même des passages piétons est symptomatique de la défiance généralisée d’une société envers les règles censées la régir.

Laisser un commentaire

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog