la barbarie et le marchand de figues de barbarie…

Posté par ahmedaddoukkali le 9 août 2010

ts2kmzv6.jpg

y en a qui se couchent tôt et se lèvent tôt…

y en a qui se couchent tard et se lèvent tard…

y en a qui se couchent tôt et se lèvent tard…

y en a qui se couchent tard et se lèvent tôt…

quant à moi, je ne sais si je suis:

 un couche-tôt, lève-tôt…

ou

un couche-tard, lève-tard…

ou

un couche-tôt, lève-tard…

ou

un couche-tard, lève-tôt…

en fait, je suis ceci et cela ou ni ceci ni cela…

en effet, des fois je me couche tôt pour me réveiller tôt, mais je me réveille tard ou pire je me réveille tôt mais j’ai tôt fait de retourner coucher pour me réveiller beaucoup plus tard…

ou bien je me couche tard, pour me réveiller tard, mais je finis par me réveiller tôt sans me recoucher pour me réveiller plus tard…

ou bien je ne sais pas d’avance l’heure à laquelle je vais me coucher, ni celle à laquelle je vais me réveiller…

pour résumer, j’ai un sommeil bien perturbé et un réveil souvent bien troublé…c’est garanti…un vrai cauchemar ou couche-marre…

quand je me lève tôt et que je n’ai aucune envie de me recoucher ou que je n’arrive pas à me recoucher malgré mon envie, et afin de ne pas trop déranger ceux qui vivent avec moi, je sors prendre mon petit déjeuner dehors…

là aussi pleine pertubation: qu’est-ce que je vais prendre, et où vais-je me diriger ???…

cela dépend en fait des sous que j’ai en poche…

si je suis « plein aux as » ( façon de parler), je m’offre au café du coin, un verre moyen de café au lait avec un gâteau qu’on appelle assez bizarrement « shrencle » ou « schlink »…prix total 10 dirhams y compris 1 dirham de pourboire…

si j’ai les poches quasiment vides, je vais chez un marchand de beignets traditionnel qui prépare lui-même les beignets…

j’en prends deux que je consomme sur place accompagné d’un verre de thé préparé par le marchand des beignets dans une petite bouilloire…

prix: 2,50 dh…

mais ces derniers jours, avec l’entrée sur le marché des « figues de barbarie », et comme il y a tout près un jeune marchand ambulant de telle figues, je me contente d’en prendre quelques unités avec plus ou moins de modération…

comme ça faisait plusieurs jours que je me rends chez ce jeune marchand ambulant, avec sa petite carossette qu’il pousse toute la journée à travers les rues avoisinantes, en préférant souvent rester à la même place, près d’une large avenue…nous avons fini par lier connaissance, ce qui l’a amené à me raconter et à me confier ses multiples déboires avec certains clients qui n’hésitent pas le voler carrément et ostensiblement, surtout lorsqu’il est amené à vendre des fruits tels que de « l’avocat », des bananes, des pommes, des poires ou autres…

le malheur est que ses voleurs se « recrutent » souvent parmi des gens à qui on donnerait « le bon Dieu sans confession » comme diraient les autres…pire…il paraît que certains viennent lui piquer des fruits, sitôt qu’ils sortent de la mosquée voisine où ils viennent soi disant d’accomplir leurs prières…hum…la 7ila m3a ALLAH…

je suis tout bonnement atterré et scandalisé d’apprendre de telles choses au dépens d’un garçon aussi volontaire qui préfère gagner son pain à la sueur de son front…

mais le pire est à venir…

jeudi dernier, je me lève assez tôt en ayant l’intention d’aller chez ce jeune marchand de figues de barbarie prendre mon petit déjeuner habituel composé de figues de barbaries croustillantes…

je trouve la place vide !!!…pas de trace ni de la petite charette-poussette qu’il a l’habitude de laisser au gardien de voiture de nuit, ni du jeune garçon…

je me dis qu’il a dû changer d’endroit, tout lui souhaitant bonne chance…

alors je me dirige vers une autre marchand de figues de barbarie, un peu plus loin…cet autre est un peu plus âgé…

je prends quelques unités de figues de barbarie, tout en ayant en tête une question qui me brûle les lèvres: lui demader où est passé Saïd (il s’appelle comme ça), le jeune marchand ambulant ???…mais je crains qu’il y ait quelques animosités de concurrence entre les deux…alors je me tais…

soudain, voilà que ce deuxième marchand me dit de lui-même: « le pauvre Saïd…une rafle est passée hier, dirigée par le caïd lui-même, en personne…et on lui a « raflé » et la charette et son contenu… »

j’en reste coi… sidéré…sans voix…les larmes aux yeux…impuissant…

dans de tels cas, et dans ce genre de situations malheureuses là…

il n’est plus question de simples larcins à l’étalage mais pratiquement du vol à l’arrachage…

il n’est plus question de « figues de barbarie » mais de la BARBARIE tout court…

« la barbarie finira-t-elle par triompher ??? »…il paraît que c’est fatal…

lautiste

 

Laisser un commentaire

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog