• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 21 décembre 2016

« je suis le premier délégué à être emprisonné… »

Posté par ahmedaddoukkali le 21 décembre 2016

« je suis le premier délégué des pêches maritimes à être mis en prison, et je prie ardemment à ALLAH,  d’être le dernier… »

c’est ce qu’a crié Rachid dans une communication téléphonique, avec sa mère, hier…

 » oui, mon fils », lui répond sa mère, je joins ma prière à la tienne pour qu’ALLAH exauce ton voeu…je ne souhaite à aucune mère ou toute autre femme de vivre l’enfer que je vis… »

Rachid, fidèle à sa bonté, à son abnégation et à son altruisme sans compter, sa première pensée va à ses collègues…

et ses collègues quel que soit le niveau du poste qu’ils occupent, quelle que soit la mission dont ils sont chargés, hommes et femmes, le lui rendent bien. et même au multiple…

pour preuve de ce que j’avance, cette mobilisation qui s’est enflammée dès le déclenchement de cette lugubre affaire…

cette mobilisation est montée de plusieurs crans, dès qu’ils ont su que même la liberté provisoire, on n’a pas daignété l’accorder aux otages, alors que toutes les garanties et bien plus, ont été présentées et exposées par leurs avocats…

l’un de ces avocat m’a dit, grandement étonné :  » je n’ai jamais, dans ma carrière d’avocat, défendu des détenus qui présentent autant des garanties, pour mériter au moins la liberté provisoire…

je lui demande comment il peut expliquer cette aberration…

il lève les bras au ciel et regarde le plafond, puis me regarde dans les yeux, et sourit d’un sourire de biais, très énigmatique et me chasse presque de son bureau, poliment mais fermement, comme s’il voulait me dire, cherche ailleurs…

mais, mon ailleurs à moi, et au cher otage et ses collègues co-détenus, c’est cette mobilisation de ses amis et amies, à travers leurs syndicats ou par initiative individuelle,  bien que le meilleur moyen de vaincre, c’est d’être groupés sans failles et sans discordance, aucune…

je me pose la question , d’ailleurs, de ce qu’a pensé l’avocat cité ci-dessus, quand il a appris, le rejet de la demande de liberté provisoire, pour la deuxième fois…

il a dû sans doute, avoir l’envie de plier bagages pour se réfugier à jazirat wa9 wa9…

et le plus drôle, c’est que tous nos avocats, semblent en désarroi et déclarent n’y plus rien comprendre…

ils disent à quoi, nous sert tout notre arsenal juridique, face à un dossier, que tout le monde sait vide, que ce soit la partie de la défense ou celle de l’accusation…

allez y comprendre quelque chose…

personnellement, je donne ma langue au chat…

c’est pour ces raisons déraisonnables que le recours à la mobilisation des collègues de nos otages, est déterminante…

elle forcera, les responsables concernés à nous dire ce qu’il en est réellement, et quels sont les dessous de leur comportement…

autrement dit « khasshom ikhorjou men ronndhom »…

et je ne pense pas qu’ils vont continuer à ignorer la voix de la sagesse exprimée par des fonctionnaires  de différents départements qui ont passé leur vie à servir leur pays, en souffrant en silence…

si en plus, on jette leurs collègues en prison, et qu’on mette par la même occasion, leur propre liberté en jeu, et même leur vie, alors c’est la fin des haricots…

lautiste

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

bredouilles…

Posté par ahmedaddoukkali le 21 décembre 2016

nous quittons Al Hoceima…

bredouilles…

comme si nous étions en fuite…

nous comptions le ramener avec nous…

mais nous l’avons laissé derrière nous…

égaré…

mais plein d’espoir…

en ceux et celles qui le soutiennent, quels qu’ils soient, quelles qu’elles soient…

qui le soutiennent, dur comme fer, lui et ses collègues co-otages…co-détenus…co-victimes d’injustice, de malentendus et de sous-entendus…

nous lui avions demandé  de la compréhension…il faut bien régler certaines affaires courantes ,  car si elles prennent trop retard, elles risquent de devenir très gênantes, et nous ne sommes pas en manque de nouveaux problèmes aussi minimes soient-ils…

mais le coeur reste à Al Hoceima, c’est devenu chez nous…malgré nous…

peut-être, dans d’autres circonstances, nous aurions pu nous habituer à y vivre, car elle présente, certains aspects positifs qu’on ne trouve, malheureusement plus, dans d’autres coins du pays…

en cours de chemin, nous apprenons qu’une deuxième demande de liberté provisoire, est en train d’être étudiée devant une commission adhoc…

un moment de ballotement…un moment d’hésitation…

devrions-nous rebrousser chemin au cas où ???!!!…

nous devons être quand même présents au cas où . ..il sortirait…

nous nous arrêtons à une aire de repos…pour réfléchir…

mais nous ne nourrissons aucun espoir quant aux résultats que pourrait produire cette deuxième demande de liberté provisoire…

ils l’ont refusée une première fois, rien ne les empêche de la rejeter une deuxième fois et même une énième fois…

et justement, c’est ce qu’ils ont décidé…

nous avions donc eu raison d’avoir continué notre chemin…

mais quand même, nous avions reçu, ce deuxième rejet, comme une deuxième gifle…

vous savez, la nature humaine est incorrigible, car nous nourrissions, malgخré nous un espoir flou, bien refoulé dans notre subconscient et que peut-être…

mais bon, au moins on n’a pas été déçu dans notre déception…

on savait que l’injustice est têtue, et qu’elle ne recule que forcée…

et elle sera forcée d’abdiquer inchâa LLAH devant la détermination de ceux et celles qui soutiennent  la vraie Justice…

les nouvelles qui nous parviennent concernant ce deuxième rejet et les raisons qui le justifient, sont contradictoires, tantôt rassurantes, tantôt alarmantes…

et malheureusement, ce qui est alarmant, est toujours amplifié par notre peur et notre angoisse…

mais que dire à notre cher otage, quand il téléphonera, et quoi lui annoncer, lui et ses amis qui trouvent réellement  trop longue, cette période d’indécision incompréhensible et pleine de mystères de la part de ceux qui sont censés décider…

quant à nous, nous décidons de lui annoncer exactement ce qu’il en est, à savoir les différentes interprétations de la situation actuelle, ce qui, avouons-le, n’est guère très rassurant, non pas parce qu’on craint le pire, mais parce que certains tiennent à s’entourer d’obscur, et à entretenir et perpétuer un suspens impur et dur…

toutefois, nous lui annoncerons surtout,  la meilleure nouvelle, à savoir, que ses amis, amies et collègues sont déterminés à faire cesser, par tous les moyens légaux en leur pouvoir, cette situation trouble qui perdure…

lautiste 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog