• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 décembre 2016

encore un week-end à endurer…

Posté par ahmedaddoukkali le 31 décembre 2016

il est minuit passée de 47 minutes,  la date du Samedi 31 décembre est largement entamée, et l’année 2017 est à nos portes, et notre cher otage est toujours derrière des portes en fer…enfer…

la maudite année 2016 est en train de quitter les lieux, mais elle tient à laisser à sa suivante 2017, le plus lourd leg qu’elle nous a réservé, à savoir l’emprisonnement sans raison valable, d’un des plus chers êtres dans notre famille…

bon débarras 2016, tu as été l’une des années les plus dures et les plus malfaisantes pour  notre famille…

et toi, 2017, je ne te dirais pas « bienvenue », à moins que tu nous apportes,  la meilleure nouvelle que nous attendons, famille, comme proches,  ami(e)s et collègues, à savoir la libération de notre cher otage…

c’est-à-dire, autant, nous sommes impatients de nous débarrasser de 2016, autant, nous sommes tout aussi impatients de voir débuter 2017, sous de meilleurs auspices, pour nous et pour tous ceux et celles, qui travaillent à nos côtés,  sans relâche et sans compter les sacrifices, pour que  2017 réponde à nos attentes…

puisse ALLAH nous entendre en exauçant une telle prière faite avec autant de ferveur…

en attendant qu’IL nous aide, à traverser ce week-end avec son silence pesant, sans trop de dégâts moraux ou physiques…

hier, Vendredi, Rachid nous a appelés, une fois le matin et une fois l’après-midi…il perd de plus en plus patience et heureusement se renforce de plus en plus dans sa foi en ALLAH…

il dit à sa mère, lors de la communication téléphonique qu’elle a eue avec lui,   »j’ai comme une boule au ventre qui me tenaille et qui ne m’a jamais quitté depuis le début de ce malheur…elle m’étouffe presque quand le week-end approche, car je ne vais plus avoir la permission de communiquer avec vous, au téléphone,jusqu’au lundi…le week-end passe telle une éternité qui nous plonge dans les ténèbres les plus profondes …nous sentons encore plus que nous sommes réellement en prison… »

sa mère, essaie de lui remonter le moral autant que faire se peut, elle qui a perdu tout son moral, depuis longtemps, mais il la surprend encore plus, en ajoutant cette question bouleversante : « dis, maman, est-ce que toi, aussi tu sens cette boule telle une braise dans la poitrine , ou un poing écrasé sur le ventre…??? » !!!…

elle lui répond, sentant intimement bien, ce qu’il voulait lui signifier « non, mon fils, je reste sereine malgré cette dure épreuve, sois fort, très fort, je suis sûre d’une issue heureuse  très prochaine… »

« mensonge blanc » comme l’on dit, ou vérité pressentie, elle, seule le sait, car elle a le don de souffrir sans trop le montrer ou le manifester, contrairement à moi, bien que je la surprenne souvent en train de pleurer, dans la cuisine ou dans un coin retiré de la maison, ou essuyer discrètement ses yeux rougis de larmes…

et lui, de continuer en ajoutant, « parce que, toi, ton intuition ne t’à jamais trompée, pour ce qui nous concerne, moi, et mes frères et ma soeur, si tu es stressée, c’est pas bon signe, dis-moi la vérité, s’il te plaît, je la supporterais quelle qu’elle soit  … »

elle redonne les mêmes assurances que précédemment…

et c’est là que j’interviens, moi l’éternel angoissé, je prends le téléphone  et mon courage à deux mains et je lui dis « écoute, fils, ce n’est pas le moment de céder à la panique, tous ces sombres nuages finiront bien par partir, et la lumière divine reviendra, sois très fort comme te dit ta maman, les rangs qui te soutiennent se renforcent chaque jour davantage… « …

il me dit qu’ALLAH t’entende, père …

on se quitte, à regret, j’entends les gardiens qui le pressent pour finir la communication…

eh, oui, je me dis dans un profond soupir, nous n’avons même plus le droit de lui parler autant que nous voulons, c’est ça être privé de liberté, sans rancune envers les gardiens qui ne font que leur boulot, sale boulot peut-être, mais il faut faire avec…

il repart sans doute, la tête basse, plongé dans les affres de l’incertitude, et moi je reviens à ma fidèle panique tout en espérant qu’elle ne m’a pas trahi , au son de ma voix, auprès de lui…

quant aux nouvelles émanant du Juge d’Instruction, c’est toujours entouré de mystères et de secrets, sauf que la période d’instruction a été rallongée, pour paraît-il, étendre l’enquête de la Police à d’autres personnes tout autant mystérieuses, sans plus de précisions…

et toujours cette question lancinante qui me taraude, pourquoi on ne nous dit rien sur les trois personnes poursuivies en état de liberté, alors que tout le monde nous dit, qu’elles constituent la clé de tous ces mystères…

allez savoir…mystère et boule de gomme…

pour ce qui concerne d’autres nouvelles, il y a à prendre et à laisser…

néanmoins, les nouvelles les plus bonnes, nous parviennent des efforts ininterrompus de la part de ses amis et collègues qui n’ont de cesse de recourir à toutes les actions en leur pouvoir, et de  frapper à toutes les portes sans aucun signe faiblesse ou de relâchement…

qu’ils en soient encore fois remerciés, ici, bien que leur modestie et leur humilité leur interdisent toute vantardise ou fanfaronnade…

et j’ose dire enfin, que les nouvelles qui nous parviennent de son Département nous mettent du baume au coeur, et nous rassurent amplement, malgré la persistance de ce kabouss qui nous tient à la gorge…

toute ma gratitude à toutes ces personnes dévouées et aussi à tous les responsables du Département, et qu’ALLAH les comble, de ses bienfaits les plus confortants, et les entoure de sa sollicitude la plus réconfortante…

lautiste

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

poésie d'utilité publique |
ce que j ai a dire |
Collectif des collèges ambi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ORGANISATION MARIAGE, ...
| informations
| e-r0d | le blog